Présentation

L’urbanisation croissante à l’échelle mondiale s’accompagne d’une augmentation des vulnérabilités des populations à des événements naturels ou technologiques extrêmes, du fait du nombre de personnes et de biens potentiellement affectés. Les évacuations horizontales massives font partie des stratégies pour protéger les populations face à ces aléas. Cependant, les risques liés à un déplacement massif dans un environnement potentiellement perturbé et un contexte de stress, sont élevés : refus de l’évacuation, accidents, exposition directe à la catastrophe, troubles à l’ordre public, paralysies des services de secours. Si en France une réflexion a été amorcée dans le contexte des Territoires à Risque important d’Inondation, elle n’est pas généralisée à tous les types de risques, principalement du fait de la faible probabilité d’occurrence d’autres évènements extrêmes. Peu de moyens prospectifs sont donc disponibles pour permettre aux responsables politiques et opérationnels de comprendre et d’anticiper les enjeux liés à la conception de plans d’évacuation. C’est à ce problème majeur que s’attaque le projet ESCAPE dont l’objectif est de contribuer à la conception de systèmes d’aide à la décision dans le cas d’évacuations massives.

Le cœur de notre proposition est constitué d’un couplage entre systèmes d’information géographiques (SIG), modélisation multi-échelle à base d’agents et méthodes d’explorations de simulation, mis en œuvre sur des cas d’études, avec l’objectif de générer des simulations réalistes. Celles-ci permettront d’explorer des questions scientifiques difficilement abordables par l’observation in situ et permettront dans un second temps de tester ou d’explorer différentes stratégies d’évacuation en collaboration avec des agences de gestion de crises. À partir d’informations géographiques et démographiques, d’un simulateur de comportements de mobilité et de gestion du trafic selon différentes stratégies d’évacuations (totale ou partielle, par vagues ou synchrone), nous établirons des diagnostics relatifs au temps d’évacuation et identifierons les possibles contraintes locales de ces évacuations. Ce travail passera par l’exploration à différentes échelles de l’émergence de comportements collectifs qui seraient potentiellement perturbateurs de l’évacuation et par l’analyse des solutions envisageables pour limiter leur impact sur la dynamique de l’évacuation. Dans un souci de discussion avec les agences de gestion des risques, nous prévoyons le développement de démonstrateurs pour chacun des cas d’étude. Ceux-ci serviront de support de discussions, tout au long de la réalisation du projet. Ils permettront d’identifier précisément, lors d’exercices de simulation, les enjeux présents dans chaque cas d’étude et les besoins des différents intervenants.

Le produit final ESCAPE se composera ainsi de deux parties. La première sera un ensemble d’extensions à la plate-forme de modélisation et simulation GAMA, qui auront pour caractéristique d’être génériques et réutilisables. La deuxième comportera l’ensemble des démonstrateurs, construits en utilisant les extensions précédentes. Ces deux parties offriront les moyens pour définir : (1) les données spatiales (structures topologiques et modes d’occupation du sol), sociales (génération et localisation des populations à des échelles fines) et des bases de connaissances sur les dynamiques de flux (points de comptage, flux horaire) ; (2) les données concernant l’aléa, sous la forme de fichiers issus d’un SIG (cartes d’aléas) ou d’un modèle qui simule l’évènement ; (3) des bases de données sur les connaissances et les compétences des agents selon leurs statuts (citoyen, service de secours, gestionnaire de crise). Cette base de connaissance intégrera le Plan Communal de Sauvegarde de la zone d’étude, le cas échéant ; (4) une architecture cognitive qui permettra de modéliser des comportements complexes liés à la mobilité en situation de crise et à la gestion de l’évacuation ; (5) le cadre d’exploration et de visualisation de simulations d’évacuation, en prenant en compte différents points de vue, à différentes échelles et suivant divers indicateurs de sorties.